fiche pratique



  1. Débats citoyens : la passation des marchés publics des communes, des départements et des régions

    Les citoyens ont reçu de nombreux textes, et notamment de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 24 août 1789, le pouvoir d’exercer le contrôle des dépenses publiques, et notamment de celles des Collectivités Territoriales : Communes, Départements, Régions, etc ..[Le contrôle des contributions et des dépenses publiques appartient à chacun conformément à la [Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 24 août 1789 qui pose ce droit de la manière la plus formelle en son article 14 : \ »Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, (..)d’en suivre l’emploi (..).\ » …

    Lire la suite
  2. La délégation du Conseil Municipal au maire pour décider seul des marchés publics inférieurs à 206.000 Euros et le débat démocratique sur les décisions ainsi prises

    Le suivi et le contrôle des décisions prises par le Maire concernant les marchés inférieurs à 206.000 Euros (hors taxes) s’impose comme une tâche incontournable pour les élus, militants, associations locales concernées, ..[ voir sur le compte rendu périodique du maire de ses décisions prises au titre de ses pouvoirs délégués, la [fiche pratique No 64 ; sur la publication annuelle d’une liste des marchés fiche pratique No 80 ; sur le caractère exécutoire des décisions la fiche pratique No 100; sur des exemples de documents exigibles d’une collectivité territoriales, la fiche pratique No 217 ; sur les différentes réactions envisageables en cas d’irrégularités constatées : la fiche pratique No 217 ]]. …

    Lire la suite
  3. Principales actions « militantes » exercées devant les juridictions administratives

    Un élu de l’opposition peut difficilement exercer pleinement son entier mandat sans avoir à s’interroger à un moment ou un autre, sur l’exercice des recours dont il peut disposer lorsque, sur tel ou tel dossier, le débat n’a pas permis de faire entendre la voix d’une certaine raison, et que l’on peut considérer que la Collectivité a franchi, délibérément ou non, les limites de la légalité[ la volonté de l’administration de franchir les limites de la légalité ne fait plus guère de doute lorsqu’elle ne tient pas compte d’un précédent jugement et reprend la même décision malgré l’illégalité de fond dont était entachée : En reprenant avec la même motivation un acte annulé pour illégalité de fond à la demande de l’association de défense requérante et en la contraignant à intenter un nouveau recours contentieux avant de le rapporter, l’Administration a directement fait obstacle à l’accomplissement de son objet statutaire et a porté à sa considération une atteinte de nature à engendrer le préjudice moral dont elle se prévaut. Le préjudice moral de l’association est évalué à 1 F. Trib. admin., Versailles (3e Ch.), 21 novembre 1986 …

    Lire la suite
  4. La demande en tentative de conciliation en matière civile ordinaire

    LA CONCILIATION EN DEHORS DE TOUT PROCES La conciliation est le mode a priori idéal de règlement des conflits et sa recherche devrait faire l’objet des priorités de tous les acteurs. Pourtant, hormis lorsqu’elles sont un préalable obligatoire imposé par des textes particuliers dans des domaines spécifiques (droit du travail, etc ..), les procédures de conciliation sont souvent ignorées, ou du moins mal connues. …

    Lire la suite
  5. « Commissions », « Conseils » , « Comités consultatifs » et autres instances consultatives locales

    Le Code des collectivités territoriales ainsi que d’autres textes prévoient la création de commissions ou de comités, parfois ouverts aux associations, voire au public, et qui permettront au Maire, au Conseil Municipal, aux administrations de préparer les décisions, sans toutefois, sauf exceptions légales, se substituer à ceux-ci dans les pouvoirs respectifs qui leur sont attribués [Le règlement intérieur d’une cantine municipale relatif à la discipline au sein d’un service public géré en régie par la commune a été édicté par un groupe de personnes comportant outre le maire, la directrice du groupe scolaire dans lequel se trouve la cantine, des instituteurs, des parents d’élèves et un responsable du personnel communal. Si ces personnes pouvaient être associées à la préparation de ce document, elles n’avaient pas qualité pour prendre ce règlement qui relève de la seule compétence du Conseil municipal à qui incombe la fixation de mesures générales d’organisation des services publics communaux. [Cons. d’Etat (3e et 5e sous-sect.), 14 avril 1995 Conseil d’Etat POTIER. De la même manière, une Commission du Personnel ne saurait prendre une décision rejetant une candidature, et dont la compétence appartient au Maire : Cour Administrative d’Appel de Nantes, 12 mars 2004,N° 03NT01466 ]] …

    Lire la suite
  6. Compétences déléguées par le Conseil Municipal au Maire : l’affichage, la transmission des décisions du maire au contrôle de légalité, et le compte rendu au Conseil Municipal

    Afin d’alléger le travail en séance du Conseil Municipal, et d’alléger les \ »ordres du jour\ », le Maire se fait très souvent attribuer par le Conseil Municipal, généralement en début de mandature, des délégations du Conseil Municipal dans les très nombreux domaines prévus et autorisés par l’article L 2122-22 du Code Général des Collectivités Territoriales [voir également sur cette délégation de compétence dans le cas plus spécifique des marchés publics: la [fiche pratique No 67 ]] . …

    Lire la suite
  7. Le bilan coûts-avantages et l’absence d’utilité publique d’un projet

    ENQUETE PUBLIQUE L’enquête publique est prévue par les articles L 123-1 et suivants du code de l’environnement L’enquête publique se conclut par un rapport rédigé par le commissaire enquêteur, lequel y émet un avis sur le projet, à défaut de quoi, la déclaration d’utilité publique est annulée : annulant pour ce motif un projet de ligne électrique aéro-souterraine, haute tension : …

    Lire la suite